Une lecture coup de coeur : une enquête anthropologique sur les « citoyennes pieuses »

Encore une polémique !


À l’heure où la France, une fois de plus, vient de traverser une polémique sur les signes religieux porté par certaines musulmanes pieuses (après l’affaire du burkini ou celle du foulard de la responsable étudiante UNEF), j’ai envie de vous parler de mon coup de cœur pour un livre qui porte sur ces femmes. En effet, non seulement, on ne se pose guère la question de l’effet de discrimination qu’ont ces propos polémiques, mais en plus, on renvoie ces femmes à des fondamentalismes rétrograde et militants, sans chercher à comprendre qui elles sont et comment elles vivent et agissent.

Un coup de coeur pour le livre d’une anthropologue

Dans ce contexte, le livre de l’anthropologue Jeanette Jouili (je traduis) Pratiques pieuses et contraintes séculières (Pious Practice and Secular Constraints, Stanford University Press, 2015) est tout à fait lumineux.
En effet, l’auteure, professeure-assistante à l’université de Pittsburgh, nous fait voyager dans l’univers de ces citoyennes pratiquantes visibles. Pour cela, elle nous fait rencontrer des jeunes femmes allemandes et françaises, qui fréquentant des centres religieux islamiques, à Cologne et en banlieue parisienne, dont elle analyse finement les pratiques et les discours. L’ouvrage se base donc sur de longues enquêtes de terrain. L’anthropologue a observé les cours de religion ainsi que les autres pratiques quotidienne de ces femmes.

La questionnement au coeur de la religiosité musulmane « en acte »

Cette enquête sur la religiosité « en acte » montre la place centrale du questionnement au cœur de la foi et de la pratique religieuse. Elle montre aussi très bien les difficultés et les efforts quotidiens de ces jeunes femmes qui souhaitent vivre leur vie en accord avec leurs principes religieux dans le contexte européen sécularisé.
On comprend au fil de la lecture comment se construisent les subjectivités islamiques pieuses mais aussi comment ces musulmanes font face aux contraintes séculières et en particulier à la stigmatisation de leurs pratiques religieuses orthodoxes.

Des citoyennes pieuses, ou tenir ensemble la piété et l’attention au bien commun

Dans la conclusion de l’ouvrage, l’auteure souligne combien ces femmes, dans leur effort permanent de concilier piété musulmane et attention au bien commun, peuvent être qualifiées de « citoyennes pieuses ».
Un livre qui par ses apports empiriques et théoriques, offre une contribution remarquable à la sociologie et à l’anthropologie de l’islam européen.

En savoir plus

J’ai rédigé un long compte rendu (en français) de cet ouvrage, paru sous le titre « La religiosité musulmane en actes. Une enquête auprès de citoyennes pieuses », il est paru dans les Archives de sciences sociales des religions (n°184, octobre-décembre 2018, p. 99-107, dans toutes les bonnes bibliothèques) ; vous pouvez aussi télécharger à partir de ma page Academia. Et surtout, si vous lisez l’anglais, n’hésitez pas un instant, son ouvrage est bien écrit, vivant et très accessible.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search