Distinguer l’intensité du croire de l’intransigeance

On considère souvent que l’intensification de la place du croire dans la vie d’un individu va forcément de pair avec l’augmentation de son intransigeantisme, en ayant à l’esprit des cas de personnes à la fois très religieuses et très dogmatiques, rigides, peu tolérantes à la différence. Rappelons qu’être intransigeant c’est se refuser à toute concession sur le plan des principes, n’accepter aucun accommodement.
Finalement, le schéma le plus répandu sur le religieux prend la forme de deux axes parallèles : plus la croyance s’intensifie, plus l’intransigeance augmente (schéma).

Ces cas peuvent certes poser de sérieux problèmes dans les relations sociales, notamment dans le rapport aux institutions. Ce sont par exemple des hommes musulmans qui refusent d’avoir une interlocutrice féminine, comme conseillère à l’emploi.

Mais cela ne signifie aucunement que les deux phénomènes vont forcément de pair. Deux autres possibilités contre-intuitives doivent aussi être pensées.

Des personnes intensément pieuses qui se vivent comme pleinement citoyennes

La réalité observée nous montre de nombreux cas de personnes à la fois intensivement croyantes et sensibles à l’altérité. Celles-ci composent avec les autres, avec la société dans laquelle elles vivent et y contribuent. Ce sont par exemple ces « citoyennes pieuses[1] » de confession musulmanes, tout autant attachées à leur pratique religieuse, incluant, pour une part significative d’entre elles, le port du foulard, qu’à leur place et rôle de citoyennes, avec une reconnaissance de l’altérité.

Cette intersubjectivité large et ce sens étendu du bien commun sont le contraire de l’intransigeance

Les « non pratiquants identitaires »

Inversement, et cela est effectivement moins étudié, des personnes peuvent être intransigeantes, au nom de leur religion, tout en étant très peu (ou pas) religieuses. C’est pourquoi je les qualifie de « non pratiquants identitaires ».

On peut en effet observer une mobilisation de l’identité religieuse comme ressource d’opposition à la société chez des individus qui sont peu ou pas pratiquants, par exemple chez certains jeunes musulmans « littéralistes, mais peu [ou pas] pratiquants[2] », rencontrés en quartiers populaires, notamment parmi ceux qui sont (ou ont été) plus ou moins délinquants. Ils montrent une « idéalisation du religieux [islamique] », comme « la solution à tous leurs maux, même s’ils ne sont pas pratiquants » et admirent les salafistes, les « vrais musulmans ».

Intransigeance et intensité religieuse : quatre possibilités

Plutôt que de se limiter aux deux axes parallèles, nous devons donc considérer deux axes perpendiculaires délimitant quatre quadrants correspondant respectivement à quatre combinaisons : intensité religieuse et intransigeantisme, intensité religieuse sans intransigeantisme, faible pratique religieuse avec intransigeantisme et faible pratique religieuse sans intransigeantisme.

L’intransigeantisme est donc une rigidification du croire dans laquelle l’intersubjectivité se réduit fortement (notamment à l’égard de ceux qui ont d’autres convictions et pratiques) tout comme la vision du bien commun.

Dans les cas les plus extrêmes, l’intersubjectivité et le bien commun se réduisent au petit groupe d’« élus ». Le bien commun peut aussi se trouver projeté dans un futur eschatologique.

Une distinction qui vaut pour toute identité religieuse

Cette distinction n’est nullement spécifique à l’islam. Elle avait déjà été souligné par le sociologue et politiste Jean-Marie Donegani Dans son étude de référence sur la diversité du catholicisme en France, il nous met en garde sur la confusion fréquente entre les deux phénomènes distincts que sont l’« intransigeantisme » et l’« intégralisme » :

« Ces deux termes [correspondent à] deux réalités tout à fait différentes. L’intransigeantisme désigne le refus de transiger avec des données culturelles extérieures au modèle catholique originel, l’intégralisme le souci d’englober la totalité des actes et des pensées dans la référence religieuse, de ne pas reléguer le religieux dans un espace et un temps précis, de ne pas séparer les attitudes religieuses de toutes les autres attitudes exprimées par le sujet[3]. »

D’ailleurs, on pourrait même l’appliquer à des conviction écologiques, politiques, végétarisme…

 

[1] Voir les travaux de l’anthropologue Jeanette Jouili, dont nous parlerons de manière plus détaillée dans un prochain billet. Jouili J., Pious Practice and Secular Constraints: Women in the Islamic Revival in Europe, Stanford Univ. Press, 2015, p. 187-199.

[2] Comme le montre le sociologue Tarik Yildiz, Qui sont-ils ? Enquête sur les jeunes Musulmans de France, Paris, Éditions du Toucan, 2016, p. 19-27.

[3] Donegani J.-M., La liberté de choisir. Pluralisme religieux et pluralisme politique dans le catholicisme français contemporain, Paris, Presses de Science Po, 1993, p. 406 ; le catholicisme intégral avait auparavant été analysé par l’historien Émile Poulat.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search