Le religieux qui fait peur : la guerre des mots ?

À l’heure où l’on parle d’« islamisation »de la société française et où les ouvrages se succèdent pour dénoncer les extrémismes en tout genre, il vaut peut-être la peine de prendre un peu de temps pour se pencher sur les termes que nous utilisons pour parler du religieux qui fait peur. C’est ce que je vous propose dans ce billet, ainsi que dans quelques autres qui suivront.

Un sociologue a parlé de« la Tour de Babel des définitions de la religion[1] »et l’expression vaudrait plus encore pour la multiplicité des termes utilisés pour désigner les formes les plus radicales de l’engagement religieux. Commençons avec quelques points de repères sur l’origine et la signification de termes de fondamentalisme, intégrisme, radicalisme, extrémisme et ajoutons celui, moins courant, d’intransigeantisme.

Fondamentalisme,un concept interconfessionnel  

Le terme« fondamentalisme » est né entre 1910 et 1915 en terrain protestant nord-américain, en opposition à ce qui est perçu comme modernisme théologique et une évolution trop libérale. Des personnalités religieuses de plusieurs origines(évangéliques, mais aussi presbytériens, anglicans) publient une douzaine de fascicules,tirés à trois millions d’exemplaires pour défendre l’infaillibilité de la Bible, et les points qu’ils considèrent comme « les fondamentaux de la foi » (résurrection corporelle, naissance virginale, etc.). Le mouvement« fondamentaliste » est donc, au départ interconfessionnel, et émerge en réaction au libéralisme. Il va se radicaliser, notamment au moment du« procès du singe » (1925, condamnation d’un enseignant évolutionniste aux États-Unis). Alors qu’une partie des évangéliques évoluent vers une« voie moyenne », les fondamentalistes accentuent leur différence,défendent une vision prémillénariste et l’infaillibilité de la Bible.

 En travaillant sur l’islam, Olivier Roy (dès les années 1990) reprendra cette notion de fondamentalisme et la définira comme :« la volonté de revenir aux textes fondateurs de la religion en contournant tous les apports de l’histoire, de la philosophie, de la tradition des hommes[2] ».

Le processus social de différenciation, qui conduit à mettre en avant et affirmer sa différence (ou celle de son groupe) par rapport à autrui prend là une place centrale. C’est ce que rappelle un autre sociologue de l’islam, Baudoin Dupret, en soulignant l’importance de la différenciation dans le rapport fondamentaliste aux textes et aux normes : « ce n’est pas tant le contenu de la norme de référence qui compte que la perspective qu’on en a[3] »,ce n’est pas tant par quoi on se démarque qui compte que le mode et l’intensité de cette démarcation ou « la fracture symbolique », établie de manière plus ou moins absolue.

Intégrisme,un terme d’origine catholique

Le terme « intégrisme » a, quant à lui, une origine culturelle catholique. C’est un terme qui apparaît dans l’opposition et les dénonciations, entre les modernistes et les intégristes, notamment en France, à partir du tournant des années 1900.

Les catholiques progressistes ont ainsi catégorisé ceux qui s’opposaient au« modernisme », à l’ouverture sociale et politique du catholicisme. Alors que le terme modernisme désigne les catholiques accusés de transiger avec la modernité et la science en trahissant la tradition chrétienne, le terme intégrisme envisage, à l’inverse, l’évolution sociale moderne et humaniste comme une décadence[4]. Cette opposition de l’intégrisme au modernisme s’est opérée au nom d’un catholicisme romain intégral et implique la volonté de restaurer le contrôle de l’église sur la société.

Radicalisme et extrémisme, la définition introuvable

Depuis 2001, on utilise deux autres termes, souvent interchangeables, ceux de « radicalisme » et d’ « extrémisme », mais ces notions sont problématiques, car les limites de leur champ d’application sont mouvantes. Le problème avec le radicalisme c’est qu’il ne peut pas être défini de manière absolue. La radicalité est relative, dans la mesure où l’on ne peut trouver de critères satisfaisants pour placer la ligne de partage entre modération et radicalité[5]. Dans la pratique, et notamment lorsque l’on évoque le radicalisme islamiste, l’usage de ce terme, et le positionnement de cette ligne varient dans le temps en fonction de l’évolution du contexte (attentats, géopolitique…). Dans la littérature, on oscille d’ailleurs entre un usage restrictif du terme de radicalisation ou extrémisme utilisé pour qualifier le passage à la violence et une appréhension plus large y intégrant les aspirations à des changements radicaux dans la société, qui ne menacent pas nécessairement la démocratie et n’impliquent pas toujours des moyens violents pour y parvenir. Cette polysémie est à l’origine d’une très grande confusion dans l’appréhension des phénomènes de radicalité (par exemple dans le glissement entre salafisme et violence au nom de l’islam).

Un terme utile pour réfléchir au rigorisme, le concept d’intransigeantisme

Pour réfléchir à ces questions, il nous faut donc trouver des termes qui permettent d’appréhender l’engagement religieux rigoriste dans toute sa complexité. En travaillant plus largement sur la place de la religion dans la vie de l’individu, des attitudes religieuses,et de ce qu’elles impliquent dans la relation aux autres et à la société,plusieurs chercheurs ont trouvé plus pertinent de recourir au concept d’intransigeantisme articulé avec celui d’intégralisme.

Il s’agit de distinguer dans les attitudes religieuses ce qui relève de l’intensité et ce qui ressort du rapport aux autres. Le sociologue politiste Jean-Marie Donegani, dans son ouvrage sur la diversité interne du catholicisme précise ainsi : « Ces deux termes […] nous semblent […] désigner deux réalités tout à fait différentes. L’intransigeantisme désigne le refus de transiger avec des données culturelles extérieures au modèle catholique originel. L’intégralisme a le souci d’englober la totalité des actes et des pensées dans la référence religieuse, de ne pas reléguer le religieux dans un espace et un temps précis,de ne pas séparer les attitudes religieuses de toutes les autres attitudes exprimées par le sujet[6]. »

C’est donc là une invitation pertinente à distinguer d’une part la place que prend la religion dans la vie d’une personne et d’autre part l’attitude de cette personne vis-à-vis de ceux qui ne pensent pas comme lui. Nous reviendrons sur l’intérêt de cette distinction dans le prochain post.


[1] LAMBERT Yves, « La“tour de Babel” des définitions de la religion », Social Compass,1991, vol. 38, no 1, p. 73-85.

[2] ROY Olivier, Généalogie de l’islamisme, Paris, Hachette, 1995, p. 21.

[3] DUPRET Baudouin, « Le fondement du fondamentalisme », Esprit , 2017, no 3, p. 15-18.

[4] PELLETIER Denis, Les catholiques en France depuis 1815, Paris, La Découverte – Repères,1997, p. 52-53.

[5] SEDGWICK Mark, « The Concept of Radicalization as a Source of Confusion », Terrorism and Political Violence, 22(4), 2010, p. 479-494.

[6] Donegani Jean-Marie, La liberté de choisir. Pluralisme religieux et pluralisme politique dans le catholicisme français contemporain, Paris,Presse de Science Po, 1993, p. 406.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search