De la difficulté d’enquêter sur le religieux radical

Les sociologues qualitativistes du fait religieux (ceux pratiquent par observations et entretiens) savent combien leurs observations nécessitent d’être articulées à des grandes enquêtes quantitatives. C’est dire l’importance, pour eux, des recherches offrant une approche du religieux et des valeurs par les grandes enquêtes.

La mise en œuvre de ces enquêtes est cependant confrontée à deux difficultés communes à toute étude s’appuyant sur des opinions mais qui me semblent particulièrement aigües lorsque l’on travaille sur le fait religieux.

La difficulté du « déclaratif » sur le fait religieux

Comment relier ce qui est déclaratif avec ce que font réellement les individus ? Cette question est d’autant plus cruciale lorsque l’objet d’étude concerne des adolescents qui sont à un moment de leur parcours où ils affirment volontiers leur personnalité en n’hésitant pas à recourir à la provocation. Les observations de nombre de chercheurs et acteurs de terrain convergent sur le fait que les évènements tragiques de ces dernières années offrent ainsi un formidable répertoire de discours contestataires. Comme le soulignait un cadre du travail social dans un stage sur le fait religieux, « aujourd’hui, si on veut provoquer ses parents, son éducateur ou son prof, on ne dit pas qu’ »on va prendre sa carte chez Mélenchon » » ; il est beaucoup plus efficace, en matière de provocation, de se dire (au choix) « pro Daech », « anti Charlie », « indifférent aux attentats » etc.

Que la provocation amplifie la prévalence de ces propos ne remet évidemment pas en cause la nécessité de comprendre l’attirance d’une fraction des adolescents pour des positions radicales, mais elle enjoint de poser des questions sur l’incidence de celles-ci sur leurs pratiques réelles.

D’une manière générale, la distance entre ce que l’on déclare et ce que l’on fait peut s’avérer très forte. Prenons un exemple issu d’une enquête ne portant pas spécifiquement sur les jeunes. Selon cette enquête, 67 % des musulmans (en France) affirment souhaiter qu’il y ait davantage d’écoles musulmanes. Un chiffre, qui pris isolément pourrait être interprété comme un désaveu de l’école publique ou comme un repli sur soi. Les chercheurs ont cependant posé une seconde question, demandant aux les répondants s’ils y scolarisent leurs enfants ou s’ils le feraient s’ils en avaient la possibilité, et là, ils ont obtenu 5 % de réponses positives1 . Souhaiter l’ouverture d’écoles confessionnelles musulmanes exprime donc très très majoritairement l’aspiration à un traitement égalitaire des cultes et non le désir d’y scolariser ses enfants.

Dans une autre enquête est posée la question « de définir si parmi les amis rencontrés au cours des 15 derniers jours, plus de la moitié, moins de la moitié ou autour de la moitié » étaient de la même religion ou conviction2 . Cette formulation se rapporte, comme la scolarisation des enfants, à ce que les gens font réellement plus qu’à leurs souhaits ou principes. Elle permet d’obtenir des réponses plus proches de la réalité effective qu’une option déclarative ainsi formulée par exemple : « J’apprécie les personnes ayant une religion ou conviction différente de la mienne. »

Cette difficulté est propre à toute enquête quantitative portant sur des opinions, mais dans un contexte où l’inquiétude sociale concernant un groupe minoritaire est élevée, il est d’autant plus nécessaire pour les enquêteurs d’être attentifs à « ce que font réellement les gens », et pour nous lisons leurs résultats de nous interroger sur le type de question qui a été posé.

« Idéologie implique action », un postulat discuté

Si de surcroît on s’intéresse au religieux dans sa version intransigeante ou même radicale, on va, à juste titre qu’interroger sur le rôle de l’idéologie. Il est assez logique de se dire qu’un certain type d’idéologie va induire un type correspondant d’action. Ce qui revient à considérer que l’idéologie précède et implique l’action.

Pourtant, sur ce point, le débat scientifique est loin d’être tranché. En ce qui concerne les processus de radicalisation, de nombreux chercheurs considèrent que l’idéologie n’intervient pas seule mais se combine de manière variable à d’autres facteurs. En effet, la radicalisation peut être cognitive (expression d’idées radicales) ou comportementale (réalisation d’actes radicaux) ou les deux3 .

Parmi les éléments qui s’avèrent importants (en plus de l’idéologie), mentionnons le contexte, les groupes, les réseaux, les relations avec des personnes charismatiques, la discrimination perçue, les émotions, les idéaux et les imaginaires.

Le regard qu’on porte sur la radicalisation diffère, ainsi, de part et d’autre de l’Atlantique4 . Aux États-Unis, pays de la liberté d’expression, les sociologues se focalisent principalement sur la radicalisation comportementale. En Europe et particulièrement en France, la mémoire des totalitarismes, induit souvent une analyse dans laquelle la radicalisation cognitive est centrale.

Une définition large de la radicalité

De manière explicite ou implicite, cette relation entre l’idéologie et l’action, « Idéologie implique action » est très présente aussi bien dans une partie significative travaux scientifiques que dans la réponse institutionnelle apportée à la radicalisation. Elle tend à s’appuyer sur une définition de la radicalité particulièrement large incluant aussi des formes de religiosité intensive ou d’affirmations identitaires revendicatives, les d’attitudes ou actes marquant la volonté d’une rupture avec le système politique, économique, social et culturel, et plus largement avec les normes et les mœurs en vigueur dans la société.

Cette approche permet aussi d’identifier facilement l’adversaire, porteur de discours considérés comme radicaux (imams) et de mobiliser l’appareil répressif (fermeture de mosquées). Il favorise ensuite l’élaboration de contre-discours à destination des jeunes, bien plus aisés à mettre en œuvre que les autres formes d’actions préventives. Cependant, si on prend on compte les limites de l’approche « idéologie implique action », on voit que le contre-discours, pour utile qu’il soit, ne peut suffire.

Les enquêtes quantitatives sur la radicalité sont indispensables mais ne peuvent être dissociées des études qualitatives de cas et de parcours individuels permettant de confronter le dire au faire, l’idéologie et l’action.

  1. Brouard Sylvain, Tiberj Vincent, Français comme les autres ? Enquête sur les citoyens d’origine maghrébine, africaine et turque, Paris, Presses de Sciences Po, 2005, p. 34. []
  2. Simon P., Tiberj V., « Sécularisation ou regain religieux : la religiosité des immigrés et de leurs descendants », in Beauchemin, Cr., Hamel Chr., Simon P. (dir.). Trajectoires et origines: enquête sur la diversité des populations en France, Ined éditions, 2016, p. 559-582 (version initiale disponible en ligne : Documents de travail INED, 196, juillet 2013). []
  3. Pour aller plus loin, voir l’excellent article de synthèse sur le sujet : Crettiez X., « Penser la radicalisation », Revue française de science politique, 66.5, 2016, p. 709-727. []
  4. Xavier Crettiez, note précédente []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search