Mon dernier ouvrage : Identités religieuses et monde commun

Aujourd’hui, on s’inquiète du religieux. Et on a de bonnes raisons vu les actes qui sont commis en son nom. Plus de 1700 jeunes sont partis en Syrie. Ils sont issus aussi bien de classes populaires de classe moyennes, ils viennent autant  de familles musulmanes que de familles catholiques, athées ou même juive. Alors, on se focalise, à juste titre, sur la radicalité.

Mon pari, c’est que pour pouvoir éclairer les ressorts de sa radicalisation, il faut d’abord mieux comprendre le religieux ordinaire. C’est ce que je propose de faire dans ce livre, en répondant des questions simples. Celles que se pose tout citoyen, celles que se posent aussi mes étudiants tout comme les professionnels que je rencontre dans des stages de formation.

Ma méthode

Je travaille à partir de mes enquêtes de terrain, mais aussi de celles de nombreux collègues, sur des croyants de diverses confessions. Comme sociologue, ce qui m’intéresse particulièrement, ce sont les relations entre les identités religieuses et le monde commun, c’est-à-dire la société. Cette société est peu hospitalière à la visibilité du religieux. Comme sociologue, je ne me focalise pas sur telle idéologie ou théologie, mais je regarde ce que font les gens quand ils disent qu’ils croient, je m’intéresse ce à quoi ils tiennent, à leur manière de pratiquer leur religion et de s’insérer dans la société dans laquelle ils vivent.

Ainsi, je constate, par exemple, que l’on peut être très croyant et se poser de nombreuses questions, donc que la foi inclut des hésitations et des oscillations. Je vois aussi qu’elle évolue, selon le parcours de vie. On peut ainsi parler de carrière croyante, tout comme on parle de carrière militante, par exemple être très très investi pendant quelques années, et beaucoup plus modérément ensuite, lorsqu’on se met en couple et qu’on a un emploi fixe. Et, autre point inattendu, on peut être très croyant et en même temps très critique de sa communauté, de ses institutions religieuses, c’est ce que j’appelle la « solidarité sans consensus », solidaire avec son groupe, mais pas en consensus avec lui.

Trois points d’éclairage sur les identités religieuses

Pour comprendre ce qu’est croire, je le décompose en trois dimensions, ou trois points d’éclairage sur l’identité religieuse. Selon les personnes, ces trois dimensions se combinent de manières diverses, bien sûr.

D’abord, je regarde comment croire c’est d’une certaine manière une construction de soi, un travail sur soi, que l’on expérimente, dans des pratiques, bien sûr, mais aussi dans des moments de qu’on vit intensément, par exemple de méditation ou de partage.

Ensuite, croire est aussi une forme de dépassement de soi, par des idéaux. Qu’est-ce qu’un idéal ? C’est une valeur à laquelle on tient particulièrement et pour laquelle on s’engage dans la durée : de paix, de solidarité, de justice…

Enfin, croire, c’est aussi être ensemble, se relier à du commun. Mais ce commun doit être considéré à différents niveau, celui de la communauté, de la société, et de l’humanité. Et là, on se rend compte qu’on peut être très croyant, et en même temps très citoyen, très soucieux d’un commun plus large. D’ailleurs, plutôt que le terme courant d’intégration, je préfère parler de participation sociale, car bien des exemples montrent que l’on participe (aussi) à la société commune à partir d’identité particulières .

Un phénomène social comme un autre ?

Finalement, le religieux doit être analysé comme un phénomène social parmi d’autres. Les risques existent, certes, mais comme dans toute dimension du social. Le religieux est complexe, mais il nécessite de ne plus être  uniquement considéré comme un problème de gens qui militent de manière intransigeante pour un absolu. En effet, cette approche stigmatise inutilement ceux qui y tiennent, et peut s’avérer contre-productive, en renforçant les identités « réactives ». Il faut prendre en compte que très peu de croyants sont militants, et que le doute et le questionnements sont plus courant que l’absolue certitude. Et surtout, c’est en comprenant bien le religieux ordinaire que l’on peut agir avec justesse en le distinguant de ses dérives radicales.

Référence : Identités religieuses et monde commun


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search